Dermatite atopique de l'adulte

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dermatite atopique de l'adulte

Message  AIMEDJEE le Jeu 2 Aoû - 12:59

Bonjour tout le monde !

Me voilà toute fraîche arrivée dans le monde des forums ! Eh oui, c'est la première fois que je me lance dans ce genre de trucs et pour cause ... la dermatite atopique... C'est comme qui dirait un sujet qui me colle à la peau... Bon, je reviendrai sur mon histoire plus tard... En attendant je me questionne (rien de nouveau sous le soleil !) : je vois ma DA évoluer de façon inquiétante... Pour vous dire, depuis juin des nouvelles plaquounettes sont apparues sur mes cuisses, alors qu'auparavant cet endroit de ma personne était resté vierge de tout prurit. Au secours ! Une DA ça évolue jusqu'où ?
J'ai accepté, il n'y a pas si longtemps d'ailleurs, que cette maladie soit chronique, donc qu'il faut faire avec. OK, je suis prête pour l'aventure, mais j'aimerais juste être un peu rassurée... sans pour autant que l'on me raconte des histoires, hein ! Et puis je crois que j'ai plein de choses à dire pour aider les eczémateux chroniques que nous sommes... A force de gratter l'info un peu partout, j'ai de quoi échanger.
Allez hop c'est parti ! (Je suis toute fofolle de me sentir moins seule tout d'un coup... YOUPII !) .

AIMEDJEE
Gratouilleux Débutant
Gratouilleux Débutant

Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2012
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dermatite atopique de l'adulte

Message  Jojo le Lun 27 Aoû - 20:13

Bonjour,

Sois la bienvenue sur ce forum et merci à toi d'avoir franchi le cap pour rejoindre la petite communauté des Gratouilleux.

Il serait intéressant afin de bien comprendre ta DA que tu nous racontes un peu ton parcours d'atopique:
-Traines-tu l'eczéma depuis ton enfance? Quelles évolutions depuis ces dernières années? Es-tu confronté à une DA sévère...?

Le conseil que je donne toujours en premier est de bien parcourir le site de l'AFPADA. Il faut bien comprendre la pathologie DA afin de déceler les pièges et les bêtises que nous pouvous faire faute de compréhension. Des gestes erronés peuvent parfois engendrer des phases sévères qui durent, qui durent...


A bientôt donc,
avatar
Jojo
Gratouilleux Expert
Gratouilleux Expert

Messages : 151
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

dermatite atopique de l'adulte

Message  AIMEDJEE le Sam 6 Avr - 10:38

Bonjour tout le monde !
Cela fait un bail que je n'étais pas sur ce site, et pour cause... Je vais vous expliquer pourquoi, car mon parcours doit sans doute ressembler à celui de bien d'autres !
Quand j'ai écrit mon premier message, j''étais en pleine crise avec une évolution effarante de mes plaques. j'ai fini par déprimer, limite dépression, d'où mon silence. Entretemps j'ai fait le tour des médecins car j'étais persuadée d'avoir une allergie alimentaire. Un allergologue a bien voulu me faire passer quelques tests, au vu de mon insistance : lait, blé, seigle... bref un petit échantillonnage se révélant négatif.
En octobre, n'en pouvant plus, je consulte un autre allergologue qui lui me semble plus à l'écoute ; il accepte de me faire passer d'autres tests et, là, bingo ! Allergie avérée au blanc d'oeuf ! Je ne vous dis pas mon état de colère et de soulagement mélangés. Le médecin était content pour moi, mais il m'a dit de ne pas me faire trop d'illusions, l'eczéma étant très imprévisible.

A partir de ce jour, nous étions mi-octobre, ma DA s'est estompée peu à peu. Elle restait présente malgré tout, mais si discrète que j'arrivais à l'oublier. J'étais ravie et puis badaboum ! Mi-février, le retour de la bête !... Depuis le cercle infernal de la DA a repris...
Mais mon état d'esprit vis-à-vis de cette maladie a changé. Je ne me laisse plus envahir par la douleur et les angoisses qu'elle me faisait subir. J'ai compris que je dois vivre avec, tant que la médecine n'apporte pas de solutions miracles, et que je ne suis pas ma maladie mais que je l'accepte comme une colocataire un peu chiante voire envahissante qui, malgré tout, a plein de choses à m'apprendre sur moi-même et ma relation au monde !

J'ai compris aussi qu'il y a autant de façons de prendre en charge sa DA qu'il y a de malades. Bien sûr, certains conseils restent valables pour tous, mais c'est à chacun d'entre-nous de veiller à soi-même en cherchant ce qui nous fait du bien. Pour ma part,
je me dis que si ma peau va mal, c'est aussi parce que la terre va mal, donc que puis-je faire pour améliorer ma vie et donc celle du monde (à mon petit niveau bien sûr... Je pense ici au colibri si souvent évoqué par Pierre RAHBI).

Nous savons tous que notre atopie (oui je parle au sens large car il n'y a pas que l'eczéma) est liée aux facteurs environnementaux, en grande partie ; le nombre d'allergiques ne cessent d'augmenter, il suffit de suivre l'actualité médicale. Alors, après le constat de notre maladie, que faisons-nous ???!!!!

AIMEDJEE
Gratouilleux Débutant
Gratouilleux Débutant

Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2012
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

dermatite atopique de l'adulte

Message  AIMEDJEE le Dim 7 Avr - 22:54

Par rapport à mon dernier message, je voulais apporter une précision : bien sûr, j'ai procédé à l'éviction de l'oeuf, à partir du résultat du test ! A ce jour, je continue l'éviction, même si celle-ci ne suffit pas à enrayer la DA... C'est riche de complexité une DA...

D'ailleurs comment s'est-elle déclaré ? De l'eczéma, j'en ai eu petite, sur la tête. Il s'est installé au gré des années. Vers 25 ans, j'ai fait un eczéma de contact à cause des cosmétiques : plus de parfum dans mes crèmes ! Ensuite, bien plus tard, j'ai eu une plaque dans le creux d'un coude, juste après la naissance d'un de mes fils. Elle était calme et discrète cette plaquounette.

Entretemps, j'ai commencé à faire de la rhinite, allergique bien sûr (animaux, arbres, graminées...), puis un peu d'asthme. Jusqu'au jour où un de mes meilleurs amis est décédé après une sclérose latérale amyotrophique. A partir de là, j'ai développé un eczéma des paupières... En 2009, un deuxième décès aggrave mon eczéma, au point que je me retrouve d'urgence en dermatologie, suite à une crise (creux des bras, dos, cou, épaules). Les résultats d'une biopsie m'apprendront que j'ai une DA. Celle-ci continua son petit bonhomme de chemin pendant que je m'échinais à comprendre ce que j'avais et à ne pas accepter ce truc pas franchement glamour. Jusqu'à l'année dernière où j'ai commencé à comprendre qu'il fallait que je fasse avec...

Ma DA est-elle sévère ? Franchement, je n'en sais rien. Elle évolue cahin-caha : en plus du reste (voir plus haut), là voilà au creux des genoux, sur les mollets, les cuisses et tout récemment la main gauche. Tout ce que je sais, c'est que, quand une crise advient, j'ai l'impression que je vais me consumer jusqu'à me retrouver en cendres à mes pieds ! Heureusement, je gère de mieux en mieux ces moments difficiles.

Ce qui est important, c'est d'apprendre à voir plus loin que sa maladie. Le monde existe autour de nous, au-delà de la douleur physique, de la souffrance psychique. C'est un parcours du combattant certes, mais comme il nous renforce, nous enrichit, si on se donne les moyens de voir plus loin que son nombril eczémateux !

Et puis, avoir une DA n'a pas que des inconvénients ! On apprend à aller à l'essentiel et dans ce monde de super-consommation, ce n'est pas un luxe ! En ce qui me concerne, finis les produits de beauté, teintures pour les cheveux, vernis à ongles et parfums. Je me contente de l'une ou l'autre crème émolliente, hydratante (quand je ne crise pas bien sûr), d'une pierre d'alun comme déodorant, d'un shampooing spécial DA, d'un syndet et d'un pain dermatologique. Dans l'eau un peu trop calcaire de mon bain, je mets du bicarbonate de soude (merci le site de l'AFPADA, dommage qu'il ne soit plus actif).

Ma garde-robe (je devrais plutôt dire ma garde-pantalon) est pure coton, et encore pas n'importe lequel ! Ma peau a déjà réagi à des
cotons un peu trop rugueux, donc méfiance. J'aime particulièrement les bourses aux vêtements ou friperies dans lesquelles je trouve des vêtements usagés comme il faut pour être doux à mon corps... après lavage avec une lessive non irritante et un double rinçage.

Quant à mon alimentation, j'essaye de manger des plats simples, j'évite le sucre, pas trop de graisses, je privilégie les aliments qui ne chatouillent pas mon histamine, je freine sur le gluten et les laitages.

Je complète cette hygiène de vie en évitant de me stresser pour un rien grâce à la marche, au yoga, au qi gong et à la méditation .
Et je continue, malgré tout, d'espérer, un jour, guérir de cette foutue DA.

AIMEDJEE
Gratouilleux Débutant
Gratouilleux Débutant

Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2012
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

dermatite atopique de l'adulte

Message  AtoSage le Lun 8 Avr - 14:02

Bonjour Aimedjee,

La DA est une pathologie sérieuse qui peut mener à l'échec professionnel, au chômage, à la séparation, au dégoût de soi, au suicide.
Alors que des parents bien avertis peuvent conduire leur enfant à la guérison, l'adulte atteint d'une dermatite atopique devra toute sa vie, tenir une attitude préventive.
Mais avant, bien sûr, il faut comprendre.

Aussi, je reprends votre dernier message.
1) allergie au blanc d'oeuf : les tests au blanc d'oeuf-nature sont toujours positifs : le blanc d'oeuf est fortement histaminolibérateur. Les tests cutanés commerciaux donnent des résultats qui ne sont pas automatiquement corrélés à la réalité.
Autant l'allergie à l'oeuf est classique chez le tout-petit, autant elle est rare chez l'adulte.
Les allergies alimentaires classiques de l'adulte sont les légumineuses (fèves, flageolets, petits pois, pois chiches, cacaouètes, lentilles, soja, lait cde soja), noisettes, crustacés...
2) eczéma à la tête...sans doute un eczéma de contact au shampooing (après suspicion négative d'un pso ou d'une DS).
3) plaques au creux des coudes : ok symptôme de DA suite à une grossesse : la grossesse nous met en situation Th2, donc d'allergie.
Alors là : aviez-vous dans votre famille un animal ?
4) les rhinites + asthme qui ont suivi : animal ???
Quels ont été les traitements ?
5) un décès n'a jamais provoqué une DA. Par contre, lors d'une tristesse affective, on peut faire n'importe quoi : boisson, sorties tardives, séance chez une esthéticienne pour se faire du bien...ce qui va faire "flamber" les zones pré-inflammatoires ou lancer une poussée de DA infectieuse.
5) eczéma des jambes : en hiver, le froid peut assécher le derme+ frottement = fragilisation d'une peau déjà fragile = inflammation (pas DA).
6) eczéma des mains : eczéma irritatif ou de contact.
7) alimentation. Les graisses nous sont nécessaires. Il ne faut pas nous en priver ! : oui à l'huile d'olive, de noix, de noisette. Oui à une supplémentation en huile de cameline, de germe de blé. Oui laitages frais : fromages blancs de vache, de chèvre, de brebis. Oui oui oui aux yaourts bourrés de lactobacilles bénéfiques à notre immunité digestive.
Le beurre n'est pas "interdit" : il est seulement à limiter.
Quant au gluten, il s'agit seulement (pour tous) d'éviter les viennoiseries et brioches trop riches en gluten, protéine non-digestible et pénalisante pour l'activité intestinale.

Bon bon, je m'arrête là, en espérant avoir levé des pistes de réflexion...

AtoSage

AtoSage
Gratouilleux Expert
Gratouilleux Expert

Messages : 298
Date d'inscription : 12/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

dermatite atopique de l'adulte

Message  AIMEDJEE le Lun 8 Avr - 21:39

Bonsoir AtoStage,

Merci d'avoir répondu si vite.

Bon, je vais essayer d'être plus précise et plus.... synthétique...concernant les points que vous avez relevés.

1) Allergie à l'oeuf confirmée par test RAST (prise de sang).
2) Comme j'ai toujours cet eczéma sur la tête, je suppose que c'est une DS (Va falloir que je revois ce point avec le dermato).
3) Durant ma grossesse, j'avais des chats. Depuis, j'en ai toujours eu au moins un.
4) Rhinite (et j'ai oublié aussi conjonctivite) déclarée dans la nature. Test = allergie aux graminées et à l'ambroisie.
5) Non je n'ai pas fait d'excès, ni changé mon mode de vie après ce décès. Mon système immunitaire ne se serait-il pas affaibli suite à
ce deuil, sachant que j'ai beaucoup culpabilisé (la raison m'en appartient) ?
5 bis) L'eczéma aux jambes s'est déclaré l'été dernier. Je porte des pantalons et des chaussettes en coton.
6) L'eczéma sur la main est une plaque de 2 cm de diamètre. Je ne réagis pas aux produits vaisselle et entretien que je prends le plus neutres possibles.

Concernant les traitements : du classique, crèmes à la cortisone, comprimés anti-histaminiques, aérosol à la cortisone en cas de crises
d'asthme. Quand je gratte, je badigeonne de bétadine (effet asceptisant, asséchant et calmant !). Quand ça gratouille pas trop, je mets
de l'ATOPICLAIR, de l'eau en brumisateur ou de l'aloplastine. J'essaie de sentir ce qui me convient à ce moment là. En cas de grosses
crises je n'hésite plus à suivre le protocole crème corticoîde.

Quand je mets un vêtement, je sais immédiatement s'il est irritant ou pas : ma peau réagit dans l'instant, idem pour les crèmes et autres onguents ou produits en contact avec la peau.

Un point à ajouter : J'ai deux tantes atopiques depuis leur prime jeunesse et mon fils aîné à de l'eczéma derrière les oreilles depuis la
petite enfance. depuis quelques mois il a développé des rhinites allergiques accompagnées de conjonctivites.

Conclusion : Si j'ai bien compris (je suis loin d'en être certaine même après avoir révisé sur le site de l'AFPADA), je suis atopique parce que, pour cause de gène(s), mon système immunitaire est devenu "parano" et qu'il prend tout et n'importe quoi pour des allergènes ou encore, il réagit à des allergènes auxquels je ne suis pas forcément allergique ?
Donc DA = gènes + allergènes (sans forcément être allergique) ? D'où les tests qui ne serviraient pas à grand chose concernant la DA, mais seulement en cas de traitement d'une l'allergie ?

Et pour terminer, je dois-je me faire une raison : adulte atopique je suis, adulte atopique je resterai (à moins de progrès médicaux encore insoupçonnés) ? Si c'est le cas, je préfère en rire, plutôt que d'en pleurer : j'ai déjà versé assez de larmes... Et la vie me sourit au-delà de ma peau.

A bientôt




AIMEDJEE
Gratouilleux Débutant
Gratouilleux Débutant

Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2012
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dermatite atopique de l'adulte

Message  Jojo le Mar 9 Avr - 10:07

Bonjour Aimedjee,


Atopiques nous sommes, atopiques nous resterons...
L'atopie est une prédiposition génétique à faire des allergies, une faculté à être "sensibilisé".
La sensibilisation est une mise en place d'acteurs spécifiques complexes dans notre système immunitaire contre des proteines de l'environnement qui sont normalement tolérées (pollens, moissisures...).
On peut donc être sensibilisé et n'avoir aucun symptômes atopique.
Quand on déclenche une pathologie atopique, une dermatite atopique par exemple, on passe de la sensibilisation à l'allergie "vraie", les acteurs mis en place lors de la sensiblisation vont "attaquer" les allergènes qui pénétrent par nos voies respiratoires et/ou digestive et créer ainsi des lésions sur la peau.
En gros c'est ça ! Very Happy


Ne faîtes pas de fixation sur les tests, les grands allergènes de l'atopie sont connus et il faut les éviter, tests ou pas.

Pour l'eczéma au visage, il y a souvent imbrication de plusieurs symptômes: DA/DS/ Dermite irritative...c'est délicat, pour une dermite seborrhéique:
DS gel nettoyant uriage (piroctone olamine) + shampoing Sebiprox pour le cuir chevelu.
Un shampoing contre la DS est d'ailleurs régulièrement nécessaire chez l'atopique en prévention notamment pendant l'été( (1 fois tous les 15jours), en prévention on peut utiliser Caditar (huile de cade), plus doux.

Un stress, un décès...n'explique en rien une situation inflammatoire chronique. Bien sur, en cas de fatigue...les Th2 sont toujours plus prompts à prendre le pouvoir et à réagir.

Les phéromones du chat sont des allergènes très "puissants" (salive et secrétions de leurs glandes sébacées), si vous avez toujours eu un ou plusieurs chats cela explique en grande partie votre situation inflammatoire chronique avec passage à la rhinite et à l'asthme ??? y compris chez votre fils aîné ???
La grossesse vous a mis en situation Th2 avec symptômes de DA (plis du coude...), ces symptômes ont peut-être étaient maintenues et/ou aggravés par la présence du chat???

C'est vraiment par là qu'il faut commencer...de plus les allergènes du chat peuvent se maintenir plusieurs mois après son départ...
avatar
Jojo
Gratouilleux Expert
Gratouilleux Expert

Messages : 151
Date d'inscription : 22/12/2009
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

DA adulte

Message  AtoSage le Mar 9 Avr - 13:48

Bonjour Aimedjee,

Pour faire suite à nos conversations...
Oui, la vie est une chance. Alors, autant faire au mieux lorsque l'on souffre d'une pathologie chronique, en évitant l'ésotérisme et les discours "psy" qui ne font que tourner en rond.
Les tests : pricks ou recherches d'IgE (RAST), ils ne sont ni scientifiques ni démonstratifs. L'interrogatoire compétent est beaucoup plus décisif que tous les tests associés. Voir site Afpada : les IgE (chapitre Pile et Face).
Les événements que vous décrivez sont clairs : allergie au chat...bien classique.
Les démangeaisons immédiates que vous décrivez sont la preuve d'une inflammation chronique.
La culpabilité est une enfouaritude handicapante et négative : impossible d'agir ni de réfléchir avec elle. De plus, elle est "culturelle" dans bien des aspects...

Non, votre système immunitaire n'est pas parano : sur une base d'atopie, il réagit aux allergènes classiques de l'atopie.
On peut prendre une décision sur les allergènes majeurs de notre environnement. Sinon, tout va "s'empiler", une allergie en entraînant une autre (plus on est en fonctionnement Th2, plus on fait d'allergies).
Pour vous, comme le dit Jojo, le principal sera le chat. Très sensibilisée, le mieux sera d'éviter les lieux accueillant des animaux domestiques. Prendre un apéro dans un jardin : oui. Prendre un apéro chez des propriétaires d'animaux domestiques : non.

Atopiclair : il y a quand même plusieurs composants-allergènes...mais, bon, si vous n'avez pas de doutes....
Je reviens sur le blanc d'oeuf : tant que nous sommes en situation inflammatoire chronique, le mieux est de l'éviter (il est histaminolibérateur). Donc pas de mayonnaise ni de mousse au chocolat ! De plus, la moutarde de la mayonnaise est une épice qui relance les prurits...

Conclusion : on accepte notre DA...mais on ne lui permet que peu d'expression.

Bien à vous Aimedjee

AtoSage


AtoSage
Gratouilleux Expert
Gratouilleux Expert

Messages : 298
Date d'inscription : 12/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Dermatite atopique de l'adulte

Message  AIMEDJEE le Mar 9 Avr - 13:53

Bonjour Jojo,

Merci pour votre réponse si prompte.

C'est très intéressant, cet échange. C'est celà qui me manquait... Dialoguer pour comprendre ou mieux comprendre.
Donc, il semblerait que je sois sur la bonne voie pour comprendre la DA ! Hourrah !
Mais je sens des lacunes : il y a un rouage qui me manque, seulement je ne sais comment le formuler...Je vais y réfléchir...

Je retiens vos conseils concernant la DS et je vais essayer ces produits... sachant que je suis allergique à un tensio-actif
(de mémoire je ne me souviens plus du nom : méthyl kekchose, mais je l'ai dans mon dossier médical). En vous écrivant, je me rends compte au fur et à mesure de toutes les allergies qui me touchent et j'ai l'impression que la liste n'est pas exhaustive !

Concernant les chats, oui mon fils semble allergique à notre adorable minette puisqu'il réagiten sa présence trop proche. Personnellement je n'ai pas d'allergie aux phéromones des félins, d'une part parce que rhinite et asthme surviennent à des périodes précises dans l'année ( pollen) et d'autre part parce que j'ai fait des tests au résultat négatif... mais j'ai bien compris que les phéromones sont un facteurs de risque, même sans allergie, pour la DA !

Pas question de me séparer de ma minette : le bonheur qu'elle procure dans notre maisonnée est énorme. Même mon fils supporte les désagréments de sa présence tant elle est affectueuse. Le choix est fait, nous assumons.

De toute façon, il y a tant de choses à éviter dans tous les domaines, que je n'en finis pas d'être vigilante : donc, à moins de vivre dans une bulle (et encore...), je lâche prise par moments.

Petite question : la DA, ou plutôt l'atopie dans sa généralité, ne serait-elle pas à inclure dans les maladies auto-immunes ?

A bientôt

AIMEDJEE
Gratouilleux Débutant
Gratouilleux Débutant

Messages : 8
Date d'inscription : 02/08/2012
Localisation : Alsace

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dermatite atopique de l'adulte

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum